- La volonté suppose une hésitation entre des désirs contradictoires.
- Si l’action choisie présente des difficultés, l’effort nécessaire pour les surmonter demande de mobiliser des ressources personnelles, qui font  progresser;  la motivation est à l’œuvre plutôt que la volonté.
- Le choix d’une conduite ou d’une action se fait selon la valeur qu’on lui attribue, la volonté n’intervient que pour s’y tenir quand les circonstances font varier la perception des valeurs (immédiates ou à long terme).
- La persévérance est-elle une qualité (‘point n’est besoin de réussir pour persévérer’) ou un défaut d’adaptation ?
- Si le besoin qui prime est d’être admis dans un groupe, le regard et l’assistance soutient la décision.   
- L’idée de libre arbitre implique une autonomie morale, hors des influences internes et externes.  
- Considérer que la volonté est une victoire de la raison sur le corps dénie leur influence réciproque.
- Être déterminé à ..., mais par qui ou par quoi ?
- L’énergie déployée dans l’action dépend de la cohérence entre le mental et le réel. 
- La prise de conscience, l’humilité permet de déplacer les contraintes, de prendre de la distance.
- L’analyse systémique de G. Bateson met en cause les prémisses culturelles de l’illusion de maîtrise de soi.