- Interrogation sur l’utilité ou le sens ?  ne présume-elle pas une téléologie ?
- Depuis le ‘big bang’, l’univers se déploie dans l’espace et le temps, produit de la complexité, des zones d’auto-organisation et des  propriétés émergentes.
- Une structure dissipative persiste en consommant de l’énergie extérieure, le fait de persister en fait un espace d’évolution.
- Le monde se décrit en terme d’interactions, d’adaptations de proche en proche sans signification.
- Les modèles du monde basés sur des agents avec volonté propre, sont des projections de notre conception de la liberté.
- Décrire le monde en terme d’effets est-il opposé à l’idée d’agent ou la recule-elle à une cause première ?   
- Un monde perçu en tant que chaîne d’effets sans cause nous pose la question du libre arbitre.  
- Contempler l’univers à la recherche d’harmonie ne demande pas de quête de sens.
- Nous sommes le siège d’émotions contradictoire, le désir d’unité est une manière de les résoudre. Le concept de l’unicité de l’être, de l' ‘unus mundus’ appelle une réalité sous-jacente unifiée.                       
- Se poser la question serait une recherche de sens à donner à sa vie, l’inscrivant dans un processus en oeuvre.
- L’évolution culturelle prend le pas sur l’évolution biologique chez l’humain, produisant ruptures d’équilibres et désorganisation.