- Risquons-nous d’être dépassés par les machines que nous avons conçues ?
- L’A.I. est un ensemble de circuits programmés, capable de résoudre des problèmes et d’apprendre.
- ‘Celui qui deviendra leader en ce domaine sera le maître du monde‘. (V. Poutine)
- La maîtrise d’une technologie ne présume pas de son utilisation et de ses visées.
- La machine a comme avantage sur l’homme sa vitesse de calcul et sa mémoire.
- Un circuit répond par O ou 1, sans nuancer selon les conditions ou la réaction de l’interlocuteur.
- L’A.I. n’a qu’un mode de transmission, elle ne peut moduler ses décisions selon des transmetteurs qui leur affectent des priorités.  
- Nous computons comme la machine, mais nous attachons une valeur aux solutions, selon notre expérience ou celle transmise par nos ancêtres.
- La machine envisage toutes les probabilités et peut trouver des solutions auxquelles l’homme n’avait pas pensé ou avait occulté
- Les algorithmes optimisent des stratégies et peuvent être mis en réseau, l’A.I. forte peut déployer des facultés d’adaptation et de d’anticipation.
- Les réseaux de neurones artificiels présentent de danger que si leur programmation est mal contrôlée.  
- Les problèmes deviennent de plus en plus compliqués car les systèmes de contrôle sont automatisés.
- Ces machines risquent de privilégier des stratégies d’évitement de l’intervention humaine afin d’atteindre le but avec une efficacité plus grande, si on ne prévoit pas de système d’oubli de celles-ci.
- Ce qui risque de dominer le monde, ce sont les objectifs des programmeurs et des firmes ou autorités qui les emploient.