- Une démocratie suppose des règles d’arbitrage de conflits, une séparation des pouvoir, les libertés d’expression, d’association, la possibilité d’un choix d’alternative.
- Gouvernement ‘du peuple, par le peuple, pour le peuple’ ou des citoyens pour l’ensemble ?
- La citoyenneté demande une l’éducation à l’esprit critique, la participation aux responsabilités.
- La démocratie peut être malade de la disparité des structures de décision.
- La rumeur, la manipulation, la propagande peuvent déclencher des réactions émotionnelles de foule et faire dériver vers une ochlocratie.  
- L’élection de représentants tend à placer une élite reconnue pour sa compétence, vers une forme d’aristocratie.   
- Les nécessités de financement donnent du pouvoir aux puissances d’argent, dérive vers une ploutocratie ?
- A Rome, la dictature, temporaire, servait à résoudre une situation de crise. 
- Une dictature peut-elle être bonne ? Les expériences de despotisme éclairé ont permis des réformes, mais n’échappent pas aux travers de l’absolutisme et de la répression.
- La dictature ou l’oligarchie protège le peuple qui l’encense, mais le maintient dans l’apathie.
- La théorie de l’anacyclose de Polybe voit se succéder la royauté, le despotisme, l’aristocratie, l’oligarchie, la démocratie, l’ochlocratie, chacun par dégénérescence du précédent.   
- Un régime qui stagne faute d’imagination, d’évolution, tend à dériver, au risque d’être renversé, c’est au citoyen de le faire vivre par sa participation au débat public tant qu’il en a la latitude.